13 mars 2009

Things behind the sun

J'écoute un peu Nick Drake, et ça me rappelle un soir déjà lointain où l'un de ses albums avait tourné en boucle sur Deezer, un soir qui doit probablement compter parmi les plus agréables, peut-être les plus heureux, que j'ai pu passer dans cet appartement qui ne sera bientôt plus qu'un souvenir, lui aussi. A cette pensée, il y a la nostalgie qui monte un peu, déjà, ou bien encore ; alors oui, c'est vrai, il y a comme une page de plus qui se tourne, ou peut-être est-ce toujours la même page qui n'en finit pas de se tourner (jour après... [Lire la suite]
Posté par Altawabi à 23:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 mars 2009

Je crois que je déménage. (Mais c'est pas sûr.)
Posté par Altawabi à 12:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 mars 2009

« Je suis insaisissable dans l’immanence… »

Je suis crevée et j'en ai marre de faire des fausses manip' qui me volent mes propres mots, ces mots que j'ai tellement besoin de déverser et de pouvoir relire même et surtout s'ils ne racontent que de la merde, sous peine avoir l'impression que ma vie se dissout et se perd dans l'action ; j'ai besoin de ce recul des mots qui seuls me révèlent vraiment ce que je ressens, c'est-à-dire ce que je vis et qui n'existe pas autant sans eux, qui est autant de vie à moitié perdue si je ne la dis pas, seul moyen de lui donner l'épaisseur qui... [Lire la suite]
Posté par Altawabi à 21:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2009

               « Il faut bien me rendre à l’évidence, je ne suis jamais à ce que je fais ; toujours un peu ailleurs, dans cette distraction peut-être dont parlait Bergson (et les autres alors de rire, ou même moi) ; toujours à réfléchir, dans un mouvement presque ininterrompu de recul de la pensée sur elle-même, ce que je suis en train de vivre. Et par là, je ne vis plus ; ou à moitié seulement. Je suis comme en constant décalage avec ma vie, les yeux détournés du monde, comme perdus... [Lire la suite]
Posté par Altawabi à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2009

Il ne savait pas que d'aimer, ça tue les oiseaux

Cette fois, je fuis vraiment. Je pars à Toulouse ce week-end pour la coordination nationale étudiante. R. m'a remerciée de m'être présentée à sa place, mais je crois que ça n'avait rien d'un sacrifice, j'ai simplement sauté sur l'occasion - même si j'ai un peu hésité comme on hésite un instant devant le vide. Je ne suis pas à l'aise pour parler en public, et puis partir comme ça passer un week-end dans une ville inconnue avec des gens que je ne connais pas non plus, dormir par terre dans un amphi, loin de tout ce qui serait... [Lire la suite]
Posté par Altawabi à 23:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2009

Puis toujours ce temps qui nous porte, c'est pas nous qu'on choisit

C'est marrant l'impact émotionnel que peuvent avoir sur moi, encore et toujours, les chansons des Têtes Raides. Chaque fois c'est pareil, ça réveille en moi des choses que d'ailleurs je n'identifie pas vraiment, mais quelle que soit la chanson à les entendre je me sens tout à coup... Et merde non j'en ai marre de faire des phrases. Je n'y arrive plus.Ecrire ce que je vis, ce que je ressens, je voulais en faire la seule chose qui m'importe. Mais c'est tellement dur, et souvent tellement tentant de fuir. Je n'ai pas tenu. Ce que je... [Lire la suite]
Posté par Altawabi à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2009

"On a parlé, et ça m'a fait du bien. Quand je suis allée le voir, j'avais peur que la timidité prenne le dessus comme elle le fait parfois, de ne pas savoir quoi dire, et finalement de me taire. Et je sais que je l'aurais très mal vécu. Ces silences que je ne sais pas rompre ont toujours le goût d'échecs des plus cuisants ; chaque fois j'en suis malade. Mais silence il n'y a pas eu. Peut-être était-ce d'être invitée, de me sentir la bienvenue ; certainement, c'était aussi les effets du chemin que prend doucement ma vie à... [Lire la suite]
Posté par Altawabi à 22:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]